Site officiel

jeudi 18 décembre 2008

KIM NOVAK vu par KATIA MIGNOT au RESERVOIR


"Presque minuit. Les gens commencent à partir, métro, boulot, dodo. Je suis tentée de faire de même, mais les personnes qui restent ont l'air d'attendre un évènement. Ma curiosité est piquée. Je reprend un verre et attend les parrains. L'ambiance change. Décor de scène, lumières adéquates (pour répondre à un précédent message, c'est le même éclairagiste que pour les 3 premiers groupes, il est peut-être plus inspiré par les Kim Novak que par General Purpose, mais c'est compréhensible). Intro qui démarre, des mannequins blancs seules sur scène. Le groupe arrive quand le nom de Kim Novak est égrenné sur la bande son d'intro (très jolie d'ailleurs). Premiers accords, et là je me dis : OK, j'ai bien fait de rester. Et comme le dit Hannibal, je prend une claque monumentale pendant une heure. Alternant morceaux cold-new-wave, balades, rock, voir même des choses plus "punk", c'est un régal de diversité et d'originalité. Et le public qui est resté ne s'y trompe pas. ca danse, ça saute, ça applaudit, bref, tout le monde est convaincu. Petit coup d'oeil aux techniciens du lieu : ils s'éclatent autant que le public.
Il y a des personnes qui chantent les chansons, et puis nous, les autres, ce qui se demandent pourquoi ce groupe n'a pas plus de mise en lumière, pourquoi on ne les entend pas à la radio, enfin sur les radios que j'écoute, bref, pourquoi je ne connaissais pas ce groupe !!!! Et nous, les autres, on a tous un sourire béat (niais...), le synonyme du plaisir de la découverte, le partage d'un truc intime, réservé aux courageux qui sont restés jusqu'au bout.
Et puis le concert se termine. Même pas vu que les barman avaient déjà leur manteau sur le dos. Le temps d'une cigarette dans la rue, et les Kim Novak débarque, en sueur, assez impressionnant (ils doivent tous froler les 2 mètres de haut ???). Super ouverts, ils discutent avec les gens, remerciant tout le monde d'être resté. A leur place, j'aurai fait ma star. Pas eux. Encore un bon point messieurs.

Après quelques minutes, ils partent ranger leur matériel. Retour chez moi en taxi. Passage sur internet, chouette, ils ont un Myspace. Je m'endors sur Some Photographs.

Réveil, café, métro... J'ai rêvé d'un super groupe hier soir. Non je n'ai pas rêvé
Je retournerai prendre une dose de frissons dès qu'ils rejouent à Paris".

0 commentaires: